Le sport nécessite une préparation et un suivi

Le sport est une activité physique individuelle ou collective sous forme de jeux donnant lieu à des compétitions. Il faut encourager une pratique sportive a tout âge, tout niveau amateur ou professionnel en respectant le bien-être et l’équilibre de votre corps afin de renforcer :

  • La forme physique
  • La forme mentale
  • La capacité de concentrer son attention
  • La mémoire

Rappel : le mouvement est précisément défini comme un ensemble complexe et global combinant des fonctions cognitives a des fonctions purement motrices et fait appel à un grand nombre de structures nerveuses.
Toutes nos sensations, mouvements, pensées, émotions sont le résultat des échanges entre les neurones qui permettent une gestuelle adaptée. Le sport met en jeu tous ces processus.

1/ Approche neuro-physiologique

On décrit généralement ces échanges par deux processus complémentaires dont dépend une bonne santé :

  • La conduction électrique
  • La transmission chimique

Cette configuration, si elle est indispensable, ne suffit pas. Il faut rajouter la notion d’information qui est primordiale comme par exemple un ordinateur auquel il faut une conduction électrique et électronique, mais sans programme ni information cet appareil ne sert à rien !
Nous sommes dans un système cybernétique nécessitant pour une action donnée un moteur (muscle) une énergie (ATP ) et une information avec des voies afférentes et efférentes

2/ Éléments en jeu et préparation

L’objectif numéro 1 : préserver « l’homéostasie cérébrale » capitale pour développer non seulement les capacités du cerveau qui dirige le mouvement mais l’organisme tout entier. L’homme est un tout supérieur à l’ensemble des éléments le constituant.

A l’entrainement le cerveau travaille autant que les muscles. Hélas bien souvent ces bases sont oubliées et limites les ambitions souhaitées.

A/ Mieux comprendre les mécanismes de la préparation

  1. Un certain nombre de résultats expérimentaux ont permis de mettre en évidence une responsabilité de la commande nerveuse dans les processus de la fatigue physique et psychique.
    Il s’agirait de la conduction électro-physiologique de l’influx nerveux et des facteurs neurochimiques intervenant dans la régulation de la motricité.
    La fatigue d’origine centrale : les facteurs à l’origine de ce phénomène sont nombreux et peuvent intervenir aux différents niveaux de la chaine qui commande l’acte moteur, depuis le cortex cérébral qui initie le mouvement volontaire en passant par les motoneurones alpha jusqu’à la conduction des ponts d’actine et de myosine.
    Sur le plan musculaire, le ralentissement de conduction du potentiel d’action sur la surface de la fibre, la modification de la transmission du signal des tubules T au réticulum sarcoplasmique, les variations quantitatives et qualitatives de la libération du calcium sarcoplasmique, des modifications dans la formation des ponts d’actine-myosine et un déficit dans la re-synthèse de l’ATP (adénosine triphosphorique)
  2. Le plus infime déséquilibre électrique peut par amplification aboutir en quelques mois
  • A une perte de la force
  • A un manque de vitesse lorsque la mémoire et la capacité de se concentrer sont mises en défaut
  • Une augmentation du stress, de la consommation d’oxygène
  • Une fatigue accrue
  • Multiplication des risques de blessures

Pour pratiquer votre activité sportive, vous devez améliorer ou entretenir vos capacités :

  • Force
  • Vitesse
  • Endurance
  • Souplesse
  • Commande nerveuse
  • Consommation d’O2
  • Technique
  • Feedback

B/ Méthodes et moyens

Grâce à l’amélioration de la communication intercellulaire qui offre différents effets naturels sur l’organisme:

  • Un état de réceptivité optimale du cerveau
  • Un effet bioélectrique qui normalise le potentiel de la membrane cellulaire
  • Un effet biochimique qui est basé sur une activité enzymatique accrue
  • Un effet bioénergétique qui stimule la nutrition, la croissance des cellules et régule les échanges intercellulaires

Une bonne procédure est de 2 séances par semaine durant une période de 6 semaines.
Nos résultats significatifs obtenus confirment ces observations. Tests réalisés au centre de médecine du sport de Saint Etienne (42)

2/ Suivi et entrainement

A/ Les blessures

Les blessures sont dues à un choc, un déséquilibre ou a un dysfonctionnement.
Les blessures musculaires représentent la moitié des lésions dans la pratique sportive.

  • Les pathologies musculaires avec lésions anatomiques correspondent à une atteinte plus ou moins poussée du tissu musculaire
  • Les pathologies musculaires sans lésion anatomique correspondent à des douleurs dues à une sur-sollicitation des muscles.

Blessures tendineuses, ligamentaires et osseuses
De légères à graves, elles peuvent entrainer une incapacité fonctionnelle. Les traitements orthopédiques, chirurgicaux et la rééducation sont aujourd’hui d’excellente qualité avec un pronostic positif.
Le problème s’il existe est la reproduction du type de blessure souvent du à une approche segmentaire plutôt que globale et posturale. Magnomega est un complément significatif pour améliorer les lésions, raccourcir les temps de cicatrisation et limiter les récidives

B/ La fatigue

La fatigue est définie comme une diminution de la force, de la puissance ou de la vitesse dans l’exercice d’un mouvement, d’un geste simple ou complexe.
Trois facteurs semblent concourir pour aboutir à la fatigue dans le sport :

  1. La charge de travail physique
  2. Le déficit énergétique
  3. Le stress psychologique

C/ Les entorses

Les entorses méritent une rubrique à elles seules dans la pratique du sport. Elles se produisent dans des mouvements brusques où l’amplitude dépasse la capacité de mouvement des articulations, et où l’adaptation proprioceptive est déficiente.

Le temps de réponse entre la perception distale du mouvement, l’arrivée cortical et le feedback dépasse les possibilités d’adaptation.
Les techniques proprioceptives doivent inclure le système d’analyse en feedback cortical. La meilleure façon d’activer cette boucle outre les système mécaniques et posturaux de proprioception, est de mettre le cerveau en mode de relaxation Alpha.
L’utilisation de magnomega vous permettra d’activer naturellement, rapidement dans les meilleures conditions une réparation des lésions

Application d’un émetteur Magnomega en réparation d’une lésion musculo-tendineuse

Traitement de récupération entre 2 étapes du tour de France cycliste

3/ Traitements

A/ Prévention

  • Relaxation en mode alpha à 12 Ps pendant 15 à 20 minutes. Cette relaxation décrite comme psycho-tonique apporte un état de relaxation corticale qui permet une meilleure adaptation du cerveau pour analyser et comparer les signaux afférents et efférents, de préparer mentalement le sportif en lui permettant une bonne concentration et la mémorisation gestuelle.
  • Schéma corporel pour coordonner les chaines musculaires, ce qui optimise le potentiel musculaire de tous les groupes musculaire. Ce schéma corporel d’harmonisation globale évite les surcharges tensionnelles sur les muscles, tendons et ligaments.
  • Une approche proprioceptive avec ou sans plateforme proprioceptive sous magnomega pour stimuler les récepteurs périphériques

B/ Suivi

  • Le traitement des lésions se fait par application en local avec le programme cicatrice
  • Pour la accélérer la récupération, une action sur le système hépato-intestinal avec le programme foie. Évacuation accrue de l’acide lactique, des « déchets », associée à une augmentation des échanges artério-veineux.
  • Sur des muscles tétanisés ou douloureux, le programme anti-spastique amène rapidement à un état normal.

Le but est de redonner au sportif un état de capacité optimale le plus rapidement possible.