La sclérose latérale amyotrophique (SLA) est aussi appelée maladie de Charcot.

C’est une maladie neuro-dégénérative des moto-neurones chez l’adulte.
Elle est d’origine auto-immune dans les symptômes sont neurologiques, avec des pertes motrices et sensitives. Son évolution est variable en fonction des patients.

  • La dégénérescence des neurones moteurs du cortex est progressive avec une destruction du faisceau pyramidal et des neurones de la corne antérieure de la moelle épinière.
  • Les muscles sont touchés et cela entraine une paralysie de l’ensemble de la musculature striée des membres et du tronc.
  • La cause réelle de la SLA est inconnue. Elle touche les deux sexes et son incidence augmente avec l’âge à partir de 40 ans.

L’étiologie reste inconnue, et les traitements classiques aléatoires.

Traitement magnomega-thérapie

Au vue des causes, nous avons mis en oeuvre un traitement MAGNOMEGA® pour la sclérose latérale amyotrophique qui permet d’agir sur le stress causé par cette pathologie, et sur le système immunitaire via le couple foie-intestins.

  • Relaxation Alpha: pour lutter contre le stress et retrouver une cohérence vibratoire correcte
  • Traitement pour l’auto-immune : les émetteurs sur le foie et les intestins dont le rôle dans l’immunité est primordial se fait en alternance de fréquence 100 Ps et 12 Ps pendant 25 minutes par le programme automatique
  • Un schéma corporel indispensable pour récupérer le maximum de coordination dans les chaines musculaires
  • Une rééducation proprioceptive traditionnelle ou sur plateforme multi-directionnelle selon les capacités du patient en mode schéma corporel
Flexion du pied sclérose latérale amyotrophie

Rééducation du pied en flexion sclérose latérale amyotrophie

Extension du pied sur une sclérose latérale amyotrophie

Rééducation du pied en extension sclérose latérale amyotrophie

 

Nous avons noté très souvent un dérèglement auto-immunitaire qu’il est aussi possible de traiter en même temps qu’une récupération partielle au niveau des muscles squelettiques.

Si nous ne savons pas guérir, le fait de permettre un traitement global apporte systématiquement un confort en relaxation et en mobilité.
Le suivi médical est important pour évaluer l’évolution ou non de la pathologie, et le suivi psychologique est recommandé pour aider le patient.